« Nos 3 % » : agir concrètement contre le dérèglement climatique !

Peu à peu, les gens comprennent que les changements climatiques sont une menace grave et qu’il faut agir avant que le stock accumulé de CO2 dans notre atmosphère soit devenu insupportable. C’est-à-dire agir tout de suite, et tous. Mais comment savoir quels sont les efforts que l’on doit faire, chacun individuellement ?

Une seule solution : estimer notre production actuelle de CO2, et décider de la réduire progressivement mais drastiquement, dans l’idée de parvenir à zéro émission d’ici les années 2050. C’est une responsabilité individuelle, avec éventuellement à moyen terme l’aide des pouvoirs publics.

Nous ne sommes pas partis pour un sprint mais pour un marathon : il faut mesurer sa production de CO2 chaque année, et la réduire année après année. Quelques points de pourcentage cumulés chaque année suffisent.

Pour mesurer sa production de CO2, il existe un outil de mesure, qui semble simple et efficace : MicMac. Certaines rubriques doivent être remplies avec soin (par exemple: électricité, gaz, transport ou alimentation). D’autres ne sont pas forcément indispensables. Cet outil vous permet d’obtenir un joli tableau de bord de voter consommation de CO2.

Quelques membres de l’association ACTE ont décidé :

  1. de mesurer leurs émissions individuelles de CO2,
  2. de s’engager à les réduire en moyenne de quelques points de pourcentage chaque année,
  3. d’informer sur les résultats auxquels ils aboutissent.

Vous aussi, participez à cette action : engagez-vous ! N’hésitez pas à nous contacter.

Prochaine réunion : le 20 avril 2017, à 19h.

Pour en savoir plus : consultez notre rubrique, « Justice climatique« .

Un projet au budget participatif

Jardin pédagogique et énergie positive à l’Ecole St-Martin
Projet du 3ème arr. N°11, proposé par l’association ACTE et retenu par la Ville parmi les projets à mettre en oeuvre.

Création d’un potager participatif et production d’énergie renouvelable au sein de l’école Saint-Martin, via un projet devégétalisation  et l’implantation de panneaux photovoltaïques. Un escalier sera créé pour permettre à tous les enfants d’accéder au jardin.

Coût estimé par la Ville : 300 000 €.

Notre proposition :

Au lendemain de la COP21, la Ville de Paris doit donner l’exemple en rénovant ses bâtiments publics.

L’école Saint-Martin, construite au début du XXème siècle et dotée d’une toiture-terrasse accessible de plus de 400 m2, peut faire l’objet d’une rénovation énergétique exemplaire :

  • végétalisation (jardin ou potager participatif et pédagogique) en toiture pour sensibiliser à la nature, montrer que l’agriculture urbaine est possible et lutter contre les ilots de chaleur,
  • production d’énergies renouvelables: électricité photovoltaïque, solaire thermique, géothermie…
  • isolation thermique renforcée du bâtiment, pour améliorer le confort thermique des écoliers et du personnel, et réduire drastiquement la facture énergétique.

Potentiel photovoltaïque important indiqué sur le cadastre solaire de Paris : au moins 200 m² de toiture recevant plus de 900 kWh/m²/an d’énergie solaire !

Ceci peut être couplé à une démarche pédagogique :

  • des compteurs de production et de consommation et l’affichage des résultats permettront de mettre en évidence les performances et contraintes comparées de ces dispositifs.
  • tous les usagers pourront être sensibilisés aux éco-gestes : le Défi familles à énergie positive pourrait mobiliser les écoliers en équipes ainsi que leurs parents, en lien avec le travail pédagogique mené par les instituteurs-trices.

Consultez le projet sur le site de la Ville de Paris

1 2 3 4